Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EFEL Power

EFEL : les éditeurs de logiciel français créent leur association de combat - par Marie Jung (01.Net)

11 Décembre 2013 , Rédigé par EFEL Power Publié dans #Revue de presse

EFEL : les éditeurs de logiciel français créent leur association de combat - par Marie Jung (01.Net)
Comment développer la filière logicielle française ? Beaucoup se pose la question mais aucune solution concluante n’a encore émergé. La dernière initiative en date se nomme EFEL Power. L’association Entreprendre en France pour l’édition logicielle est dirigée par trois entrepreneurs. Alain Garnier, PDG de Jamespot, François Badénès, PDG de Human Connect, et Vincent Bouthors, PDG de Jalios. Objectif affiché : faire émerger des champions de stature internationale et développer le secteur logiciel. « Dans le secteur informatique, ce sont les éditeurs de logiciel et pas les sociétés de service qui produisent de la valeur sur le long terme » avance Alain Garnier, président de l’association.

Un label « Made in France » pour les logiciels

Une trentaine de structures ont déjà adhérées à EFEL comme Qualiac, Temis, Lengow ou entreprise-facile. Pour adhérer, il est nécessaire de réaliser le développement de ses solutions majoritairement en France. « Nous sommes une association combattante, lance Vincent Bouthors, secrétaire général d’EFEL. Nous voulons, avant tout, promouvoir l’industrielle logicielle en France et à l’étranger ». La promouvoir notamment auprès de l’Etat, des écoles d’ingénieurs et des acheteurs publics.
Un label sera créé pour certifier les éditeurs réalisant leurs développements en France avec l’espoir qu’ils soient alors mis en avant lors des achats publics. Pour obtenir le label, il faudra aussi réaliser plus de 50% de son chiffre d'affaire en redevance de licence, abonnement Saas ou maintenance et être indépendant, autrement dit ne pas être une filiale d'un groupe étranger; « Dans trois ans, si le label est reconnu, si 30% des achats publics sont français, si les administrations choisissent d’acheter des logiciels plutôt que des projets informatique du type de Louvois, alors nous aurons gagné » anticipe Alain Garnier. L’association souhaite aussi faciliter les développements internationaux de ses membres, en diffusant des informations sur les aides au développement international et plus simplement en incitant au partage d’expérience.
 

Se démarquer des associations existantes

De nombreuses structures associatives existent déjà, au premier rang desquelles l’AFDEL (l’Association française des éditeurs de logiciels). Mais « celle-ci a pour objectif le développement de la vente de logiciels en France avec la présence inamovible de Microsoft en son sein » explique Vincent Bouthors, secrétaire général de l’association. L’EFEL cherche avant tout à promouvoir les éditeurs réalisant leur développement localement. Le Syntec reste quant-à-lui connoté SSII (Société de service informatique) même si de nombreux éditeurs en font partie. Et le Comité Richelieu défend les PME innovantes mais pas spécifiquement les éditeurs de logiciel.
Au final, une structure dédiée telle qu’EFEL favorisera les rapprochements entre éditeurs. « Se connaître et s’apprécier provoquera peut-être des rachats aidant à l’émergence de champions » espère Vincent Bouthors. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’EFEL soit suivi d’effets.
 
Source : Marie Jung - 01.Net

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article